LA MISE EN SCÈNE

LE METTEUR EN SCÈNE

David Sztulman

DAVID SZTULMAN


David Sztulman est issu du cours Simon (1er prix d’interprétation) et de l’E.S.E.C. (Ecole Supérieure d’Enseignement Cinématographique).
Très rapidement, il s’intéresse à la mise en scène et ses talents de direction d’acteurs l’ont conduit à retrouver le Cours Simon , en tant que professeur.

En tant que comédien il a joué dans Les Tribunes de la nation au Bec Fin puis dans Bérénice de Racine au Théâtre Pierre Fresnay (Ermont), Les fourberies de Scapin de Molière au Théâtre de Gennevilliers, Flaminéo de Robert Perle au Théâtre du Lucernaire et enfin Romulus le grand de Friedrich Dürrenmatt au Théâtre l’Européen.

Il démarre sa carrière de metteur en scène en 1997 avec Les diablogues de Roland Dubillard jouée au Théâtre Boulogne Billancourt, qui fut suivit d’une serie de pièces ininterrompues : L’impromptu de Versailles de Molière au Théâtre de l’ Atelier, Peer Gynt d’Henrik Ibsen au Théâtre du Gymnase dans ce même théatre, Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare, La guerre de Troie n’aura pas lieu de Giraudoux, L’atelier de Jean-Claude Grumberg ;
et au Théâtre de l’Aktéon, Combat de possédés de Laurent Gaudé.

En 1999, il crée la compagnie le Grand Requin, qui a produit à ce jour :
Partenaires de David Mamet au festival off d’Avignon 99; Achats de Noël court métrage de David Sztulman, co-produit par Teva ; puis au théâtre de l’Aktéon : La femme comme champ de bataille de Matéi Visniec et Couple ouvert à deux battants de Dario Fo & Franca Rame qui se joue encore actuellement au théâtre des Blancs Manteaux après 250 représentations.

PROPOS DU METTEUR EN SCÈNE


« A chaque femme correspond un séducteur. Son bonheur n’est que de le rencontrer » écrivait le philosophe Soeren Kuerkegard.

Il faut croire à la passion de Jeanne et d’Amedeo même si leur histoire se termine tragiquement faisant de leur amour une des légendes du Montparnasse des années 20.

« Ton devoir réel est de sauver ton rêve » aimait à répéter Modigliani; ce n’est peut-être qu’ainsi que la vie valut la peine d’être vécue pour cet artiste unique, capable « en un seul trait de saisir le visage et ce qu’il y a derrière ».
Dans la très belle pièce de Patrice Chaplin, nous assistons aux dernières heures du « prince des guenilles ».

Sont présents à son chevet Jeanne Hébuterne , sa femme, sa muse, sa tourmente, Utrillo, un autre grand peintre à la dérive, compagnon de beuveries nocturnes et pensionnaire de l’asile d’aliénés de la clinique Saint Anne et Simone Thiroux, la mal aimée, rejetée par Modigliani et qui mourra un an après lui.

C’est dans cette longue attente de l’inévitable que se dessine avec émotion et justesse le caractère violent et passionné de ces êtres fracassés par la vie et la misère.
Cette pièce se révèle alors comme le long figement du chagrin et de la joie d’une artiste qui aima jusqu’au bout de sa nuit celui “sans lequel elle restait inachevée”.

David SZTULMAN


LA SCÉNOGRAPHIE

DÉCORS :


Création originale des décors par Joyce BRUNET d’après une idée de Claire Tuloup et David Sztulman :

- Fenêtre de l’Atelier de Modigliani en trompe-l’œil avec en fond les toits de Montparnasse

- Un paravent, derrière lequel on peut deviner en transparence le dos de lit de Modigliani.

- Reproduction de toiles de Modigliani par Catherine CORLOT


MUSIQUE :

- Robin Hitchcock (compositeur actuel)

- Eric Satie


LUMIÈRES :

Création lumière par Carlos Dasilva, créateur, et régisseur lumière professionnel. Depuis une dizaine d’années, ses talents sont reconnus par de nombreuses compagnies; il est actuellement employé au sein de la compagnie le théâtre du cristal, et dans différents théâtres.

Antony Keiserbilck régisseur et comédien professionnel collabore aux créations lumières, de la compagnie les Feuilles d'Or en tournée. Il  est également technicien lumière dans les différents théâtres de la ville de Troie.
claire tuloup
pierre maurice
sarah becouarn